Escape Game grandeur nature à Toulouse : l’interview

Vous connaissez les Escape Game grandeur nature et vous connaissez Toulouse. Mais connaissez-vous Tactisens, son côté décalé, et certains détails croustillants sur sa création ?

Aujourd’hui nous allons rencontrer Anne-Marguerite Monory, cofondatrice et gérante de Tactisens. Elle nous a accordé quelques minutes de débriefing en répondant à plusieurs questions. L’objectif ici : résoudre les énigmes du concept Tactisens et vous éclairer sur les tenants et aboutissants du projet !

escape-game-grandeur-nature-interview

Escape Game ça rime avec…

Claire M. : Que vous évoque le mot « Escape Game » ?

Anne-Marguerite M. : C’est avant tout un divertissement original, prenant et étonnant, qui permet de solliciter nos méninges tout en nous mettant dans la peau d’un personnage. De l’adrénaline aussi, selon les rooms, et tout cela en live, avec des personnes réelles à vos côtés (pour le meilleur et pour le pire !), vos coéquipiers, et pas assis tout seul devant un écran.

Claire M. : Aujourd’hui on le sait, les Escape Room font fureur ! Le nombre de joueurs ne fait qu’augmenter. Et ce, partout dans le monde. Amateurs de sensations avec un goût prononcé pour le challenge, nombreux sont ceux qui se passionnent pour ce jeu d’évasion grandeur nature. Pourquoi ce projet ? S’inscrire dans la tendance ou une passion partagée pour ces jeux d’évasion grandeur nature ?

Anne-Marguerite M. : Certains pensaient que ce nouveau concept de jeu en intérieur et en équipe ne serait qu’un phénomène de mode. Mais force est de constater que cela perdure avec succès. Par ailleurs, petit à petit le phénomène grandit.

Nous accueillons des particuliers bien sûr, mais aussi régulièrement des équipes de collaborateurs pour du team building.

Pour moi, au départ c’était simplement une découverte en tant que joueuse. Puis, comme beaucoup d’autres fans, j’ai eu hâte de découvrir toujours plus de nouvelles Escape Room. Cela est devenu une passion, et m’a rapidement amené à vouloir relever toujours plus de défis, avec des amis et même des personnes que je ne connaissais pas. Les Jeux d’évasion grandeur nature changent des jeux vidéo sur ordinateur. On se retrouve en immersion, dans des décors et des situations insolites. Cela nous change du quotidien, et cela change à chaque fois. Comme je voulais créer ma propre activité ou entreprise, je me suis lancée.

Un Escape Game grandeur nature à Toulouse, défi relevé !

Claire M. : Comment vous est venue l’idée de créer un Escape Game ici à Toulouse ?

Anne-Marguerite M. : Je voulais créer un Escape Game à Toulouse parce que j’y vivais. Aussi, parce qu’à l’époque il y avait encore très peu de jeux d’évasion. Avant de créer Tactisens, je suis allée beaucoup jouer à Paris et dans d’autres villes de France. Mais aussi en Hongrie, en Angleterre et en Espagne.

Claire M. : Quelles ont été les étapes pour monter ce projet ?

Anne-Marguerite M. : Elles sont nombreuses et complexes ! Aussi, je vais faire un résumé. Sinon on peut écrire un roman en plusieurs tomes !

Au départ, comme je l’ai dit, j’ai joué beaucoup d’Escape Game en France et en Europe. J’ai ainsi fait beaucoup de rencontres avec des professionnels, et aussi avec d’autres joueurs. Par ailleurs, comme j’ai évolué professionnellement dans deux secteur très différents, comme le cinéma et le handicap, j’avais aussi en tête l’idée de créer un Escape Game qui soit un peu différent.

J’ai été attirée par l’idée faire appel aux sens. D’un autre côté, je voulais aussi proposer un jeu accessible à un public plus large que celui d’un Escape Game classique. A Tactisens, nous accueillons non seulement le public traditionnel des Escape Room, mais aussi un public plus jeune et des seniors.

Puis notre projet a commencé à prendre forme. Nous avons imaginé un scénario commun à nos deux concepts de jeu : d’une part l’Aventure Sensorielle et d’autre part la mission d’Escape Game “Windar Theory”. Celle-ci est dupliquée à l’identique sur deux salles pour proposer un mode duel adapté aux grands groupes.

Ces deux jeux sont liés par un personnage imaginaire : le Dr Windar. Cet éminent scientifique, ses recherches et ses mésaventures sont le fil rouge de Tactisens.

Ainsi, nos deux concepts de jeu, même s’ils sont différents, sont très proches. “Windar Theory” est un Escape Game plus classique, tandis que l’Aventure Sensorielle est un Escape Game totalement décalé. Mais ce qui compte pour nous, le plus important, est que Tactisens soit une seule entité, avec une identité unique.

En effet, en passant notre porte, les joueurs pénètrent dans l’antre du Docteur Windar. Ainsi, dès leur arrivée, ils sont tout de suite plongés dans l’immersion.

Puis, après avoir imaginé le scénario, est venu le moment de travailler sur la structure du déroulé des jeux. Le “game flow” comme on dit. Cela a été passionnant. Mais un vrai casse-tête ! On voulait favoriser au maximum la cohésion, la communication et surtout la collaboration dans une équipe.

On a donné une grande importance à la cohérence des énigmes avec la thématique des salles et le déroulé du scénario. Après, on a cherché de nouvelles idées de décors, de mécanismes, de dispositifs… Ainsi qu’une d’identité propre à la marque Tactisens, que nous avons créée.

Sur le plan technique, voire technologique, cela n’a pas été simple. En effet, on voulait un Escape Game dernière génération, sans cadenas, avec des effets sonores et lumineux, des mécanismes entièrement automatisés. Cela sonne bien, mais cela veut dire des salles bourrées d’informatique, d’électronique, et de logiciels sur mesure !

Nous avons fait appel à des professionnels de différents secteurs : cinéma, décorateurs, game design, techniciens informaticiens, spécialistes des sens, etc. Et nous avons aussi mis la main à la pâte, bien sûr !

Claire M. : Et quelles ont été les étapes plus classiques de création d’entreprise ?

Anne-Marguerite M. : Même s’il s’agit d’une activité “atypique”, il y a effectivement eu par ailleurs tous les jalons classiques de la création d’une entreprise : un casse tête à presque toutes les étapes…

Là, il a fallu résoudre les mystères impénétrables des réglementations administratives, et démêler parfois leurs “incohérences scénaristiques”…

A part cela, voici les grandes étapes de la création de l’entreprise :

  • L’étude de marché
  • Les nombreuses, très nombreuses, formalités administratives
  • La recherche de notre nom de marque Tactisens, la création du logo, le site internet, etc.
  • La recherche d’un très grand local en plein centre ville de Toulouse. Pas facile ! Je dois dire que cela équivaut à une véritable partie d’Escape Game ! Nous avons trouvé 340 m2. En plus des jeux, nous voulions proposer un grand espace de réunion et de réception.
    Nous avons pensé aux événements d’entreprises, au Team building, au renforcement des liens dans les équipes. Mais nous avons aussi pensé aux particuliers. Nous voulions proposer une manière ludique et décalé de fêter un événement tel qu’un anniversaire, un enterrement de vie de jeune fille ou de garçon. L’idée était d’éveiller l’envie de jouer, entre amis, en famille, entre collègues.
  • Nous voulions aussi trouver un emplacement facile d’accès avec du stationnement à proximité, ce qui est précieux en hyper centre de Toulouse. Tactisens est en plus situé tout près de la place Dupuy, dans un quartier animé, riche en bars, cafés, restaurants, pubs…
  • L’étape du financement : pas des moindres, car nous avons fait de gros travaux de rénovation. Le local est refait totalement à neuf, du sol au plafond, climatisé, et entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.
  • La réalisation des décors, les dispositifs sonores, les caméras, la commande de logiciels ou de dispositifs spéciaux pour nos jeux : tout ceci a également un coût non négligeable.

Enfin, quand tout est presque prêt, vient l’étape tant attendue des tests des jeux, avec de “vrais” joueurs. Il s’agit des “Bêta test”, dans le jargon. Et là… surprise ! Tout ce qui coulait de source sur le papier, s’avère être une grande utopie face aux réactions humaines et aux aléas techniques.

Et on se dit qu’on a encore du boulot ! Scénario trop long, énigme trop difficile, ou à l’envers, trop facile. Et on se demande : “mais pourquoi les joueurs ne font pas du tout ce qu’on pensait qu’ils allaient faire?”, “Quoi, déjà de la casse…?”, “Mais pourquoi ils arrachent les fils?!”, “Oups, il y a un bug!” (évidemment, l’informatique c’est plus délicat que des cadenas).

Pendant ce temps là, nous avons commencé à former les Game Masters.

Travaux Tactisens Toulouse

L’Aventure Sensorielle, un concept innovant dans la ville rose

Claire M. : Chaque salle de jeu est différente. Thématiques, décors, concepts, les choix sont multiples. En quoi vous pouvez dire que Tactisens se démarque des autres ? Comment avez-vous su tirer votre épingle du jeu ?

Anne-Marguerite M. : Notre Aventure Sensorielle est fondée directement sur le concept d’Escape Game, au sens classique du terme. Dans l’Aventure Sensorielle vous êtes les cobayes du Dr Windar. Et vous êtes invités à entrer dans un grand parcours de 100m2 qui est divisé en 5 salles et 6 thématiques. Il y a un scénario, des décors, des effets sonores et lumineux, et des défis contre la montre.

Les variantes : l’Aventure Sensorielle permet jusqu’à 12 personnes de jouer toutes ensemble dans la même équipe, et même jusqu’à 24 personnes en rotation très rapprochée. Un peu plus intuitive qu’un Escape Game classique, bien que conçue pour les adultes, elle peut être jouée à partir de 7 ans. Elle est plus transgénérationnelle aussi.

Il n’y a pas au sens propre d’énigme de logique. Mais le sens de la logique est sollicité, tout comme l’observation, la communication et la cohésion, à l’instar des jeux d’évasion. Elle favorise aussi les échanges autour de l’expérimentation, à partir d’épreuves sur les sens. Parfaite pour les activités de Team building, l’intégration de nouveaux collaborateurs, pour les retrouvailles familiales, les anniversaires et les enterrements de vie de garçon ou de jeune fille !

Claire M. : Apprendre en explorant ses sens, c’est atypique et ludique à la fois ! Pourquoi avoir choisi cette approche originale ?

Anne-Marguerite M. : Les parcours sensoriels existent depuis très longtemps et sous différentes formes : en intérieur, en extérieur, éphémères ou permanents, ludiques, pédagogiques, thérapeutiques…

Mais je voulais recréer le côté scénarisé et contre la montre propre à l’Escape Game. J’ai eu l’occasion de jouer certaines salles d’Escape qui proposent des énigmes liées à certains sens. J’ai trouvé cela intéressant mais c’est souvent ponctuel dans le jeu.

J’avais aussi expérimenté le restaurant dans l’obscurité absolue dans les années 90 lorsque c’était encore un projet pilote à Paris. Impressionnant. Mais beaucoup de personnes craignent le noir absolu… Nous n’avons pas souhaité un parcours dans l’obscurité, comme d’autres parcours que nous avons testé aussi.

Mes diverses expériences professionnelles dans les secteurs du cinéma, puis du social et du handicap, m’ont sans doute influencée dans ce choix : proposer un divertissement original tout en (re)créant du lien social.

Claire M. : Pour finir, et si vous deviez résumer Tactisens en trois mots, vous opteriez pour lesquels ?

Anne-Marguerite M. : Un divertissement intelligent !

 

Vous l’aurez donc compris, l’expérience Tactisens est unique en son genre ! Alors, vous attendez quoi ? Il faut venir jouer ! Foncez réserver vos places et venez tenter l’aventure, vous en voudrez encore et encore…